• Science encore, on a que ça à faire

    Alain baudris, arretez quoi...


    La brillante équipe épiscopale de moulins à vent hollandais composée de chercheurs belges vient de prouver que le monde n’existait pas.

    On en reste bouche bée, et dans les milieux autorisant : bouche cousue jusqu’au motif.

    En effet la farce a quand même prix quelques milliards d’années à mettre en place (ça se fait pas en 5 minutes un faux univers astral, faut penser à ça merde, et ça coûte que coute bonbon de surcroîts) pour à peine quelque dizaine de milliers d’années d’humanité à démasquer la magouille, pétard mouillé à la gueule, vilaine blague pistée et découverte avant même qu’elle ne commence, comme dans ces sales soirées de bizutage arrière.

    Une autre équipe plus brillante encore, translucide même, vient de contre-prouver derechef que la boule à zéro n’était pas ronde et non-existante mais parallélépipédique et jaune frite. Ce qui par ailleurs fait une publicité monstrueuse aux majors du fast-food tout en forçant l’inquiétude de ces derniers, car si le monde a la frite, les riches n’auront plus la carotte qui avancer cadichon, et les pauvres ont de quoi se rincer la dalle, un vrai scandale, sans payer encore, on croit rêver. Bientôt l’art sera gratuit à ce train-là.


    On a dans la foulée découvert que la terre, mais faisons-simple appelons-là « Mc cain »  dorénavant et dorée derrière, (pas trouvé mieux, pas cherché plus),  était rongée de toute part de doryphoros negros (nom latin) assoiffés de reconnaissance de dette, de sortie de colonisation et simplement de vie, animaux barbares qui d’après les humanistes (espèce de biologistes disparue d’ici moultes), seraient une inadmissible variété de somaliens crevant en silence.


    Au pic de leur découverte et parce que jamais deux sans trois faut pas s’arrêter sur une si bonne lancée, les chercheurs Belges quadruplement géniaux academy awardisés jusqu'au prépuce ont surtout fait la découverte exceptionnelle de leur vie du siècle:

    ils ont en effet découverts qu’ils étaient belges. Jusqu’ici personne ne s’en doutait. Ils ont alors, suivant le rite et le rictus,  planté leur drapeau national  dans leurs propres crânes les uns après les autres en guise de nationalobotomisation accélérée.

    Les perspectives sont immenses.

    Viva la sciensa.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :